De quoi ça parle ? Mon avis sur Need for Speed Most Wanted, reboot du titre éponyme de 2005 qui n'a plus grand-chose à voir avec son descendant puisque cette fois c'est Criterion Games, les papas de Burnout qui nous emmènent faire un tour.

Ce que j’en pense : Need for Speed Most Wanted (bis)

9 novembre 2012 3  448 vues Chargement...

J’attendais ce nouveau Need for Speed pour deux raisons : la première est parce que l’épisode Most Wanted de 2005 est surement l’un des épisodes que je préfère, et la seconde est que je suis littéralement tombé sous le charme du travail de Criterion depuis l’épisode de Burnout Paradise. C’est d’ailleurs pour cette raison que le jeu est sujet à débat : on a l’école Burnout d’un coté et celle de Need for Speed de l’autre et le mélange ne semble pas plaire à tout le monde. Et c’est bien dommage de s’arrêter là, car à mon sens, NFS MW bis réussit le mariage des deux : une conduite sportive ni trop arcade ni trop simulation, le tout dans un monde ouvert proposant des courses explosives et endiablées.

 

La première chose qui saute aux yeux, c’est la beauté graphique du titre. Même si l’on reste loin du Framerate parfait et stable, on a affaire à un jeu parfaitement jouable qui tourne entre 30 et 40 fps et c’est amplement suffisant pour apprécier l’impression de vitesse. La conduite des voitures non modifiées, lorsque l’on débute, est uuuultra lourde, ce n’est pas rare de se voir zigzaguer sur 500 mètres après une séance de braquages / contre-braquages alors qu’on évitait juste un véhicule non joueur. Mais on s’y fait, c’est un coup à prendre, on arrive à anticiper les virages et à apprécier le poids et le feeling des bolides. Tout ça s’améliore en fonction des améliorations débloquées, donc il n’y a pas de quoi s’insurger : nous ne sommes pas dans Burnout Paradise.

 

On sent clairement l’envie de Criterion de vouloir faire de ce NFS un jeu fun sans temps mort. L’instantanéité de certaines choses peut être déroutante, mais est nécessaire. Changer les pneus de son auto, poser un marqueur sur le lieu de départ d’une course, inviter des amis à jouer, ou encore faire repeindre sa bagnole, le tout sans devoir s’arrêter, ce qui a pour but de ne jamais hacher le fun des courses et ça c’est un vrai bonheur. Et on retrouve cette philosophie dans les menus quasi inexistants, mais également dans le multijoueur qui ne s’arrête jamais. Dès qu’une course en ligne ou un évènement est terminé, le joueur est invité à se présenter au prochain départ, l’autorisant ainsi à faire quelques Takedowns sur ses copains au passage. Un compte à rebours débute alors afin de préparer le début de la course, et si des joueurs sont partis avant la fin de celui-ci, ils ne seront pas pénalisés. Belle idée, sauf que… ça ne plaira pas aux joueurs qui cherchent un challenge sérieux et équitable, c’est un peu comme si le jeu invitait les joueurs à tricher. On en vient donc à se demander où tente de se placer ce NFS qui a d’un coté un solo sérieux et carré et de l’autre un multijoueur complètement bordélique mais fun avant tout.

 

Niveau contenu, Most Wanted est plutôt généreux puisqu’il propose un bon paquet de voitures à trouver en ville disposant chacune de courses spécifiques sans compter les courses contre les pilotes Most Wanted et les divers évènements. Chaque course débute sur une cinématique stylisée, réalisée surement par des artistes expérimentaux sous acides ou LSD ou même les deux, c’est du gros gros WTF. Malheureusement, on regrettera le manque de vie en ville et le peu d’interactivité qu’on pourra y trouver (des panneaux à détruire et ?) qui est compensée par une bande sonore très actuelle rock, electro (dubstep, évidemment) qui colle parfaitement à l’action des courses. Les messages radio des véhicules de police (parfois un poil trop agressifs quand même !) sont parfaitement crédibles et même parfois surprenants, et il est assez rare d’entendre deux fois la même réflexion. Les effets sonores nous immergent magnifiquement bien, sans parler des passages souterrains, tout bonnement impressionnants.

 

Voilà donc, selon moi, un épisode réussi, assez brutal et qui va droit au but. C’est tout de même assez répétitif, un poil classique aussi, mais ça fonctionne parfaitement et c’est très amusant. Et puis de toute façon, on ne peut pas dire que les jeux de courses sur PC cette année se bousculent au portillon, mis à part Dirt Showdown sorti en mai, je ne vois pas pourquoi il faudrait bouder ce Need for Speed Most Wanted qui reste efficace et pleinement amusant à jouer seul ou entre ami.

 

Posté dans Critique, Jeux vidéo.

Laissez-moi un commentaire

Suivez-moi

Derniers articles

Nocow — Ruins Tape Eléments du menu contextuel de Windows 7 bloqués Ce que j’en pense : Random Access Memories Lire gratuitement les Blu-ray avec VLC Ce que j’en pense : Far Cry 3 Supprimer le spam japonais de Gmail Ce que j’en pense : Need for Speed Most Wanted (bis) Patch Français de Torchlight 2

Recherche

Catégories

Archives